Nourredine Louhal, journaliste-écrivain: «Le ministère de la Culture doit prendre en charge les salles de cinéma»
Search
Lundi 16 Décembre 2019
Journal Electronique

Passionné du patrimoine culturel algérien, le journaliste-écrivain Noureddine Louhal vient de publier aux éditions Aframed un livre intitulé «Sauvons nos salles de cinéma, Acte II», ouvrage dans lequel il reprend et enrichit son premier opus «Sauvons nos salles de cinéma», publié en 2013 dans le cadre du Festival national culturel du film amazigh. L’auteur explique le pourquoi de ce livre mais aussi livre ses impressions sur l’état déliquescent du patrimoine cinématographique national.

Vous avez choisi de rééditer un livre que vous avez déjà publié sous le titre «Sauvons nos salles de cinéma». Pourquoi?

Ce n’est pas une réédition. J’aurais aimé qu’il soit réédité mais la manière dont il a été écrit la première fois, il ne se limitait qu’à Alger, Oran et Constantine. J’ai préféré le réécrire pour pourvoir intégrer les techniques qui envahissent chaque jour la scène artistique mais aussi pour parler des salles rouvertes à Alger et inclure les salles de banlieue en plus de Boufarik, des villes de la Kabylie comme Tadmaït et Draa Ben Khedda ainsi que Sétif et Tébessa. Ce nouvel ouvrage contient une foule d’informations qui peuvent servir au cinéphile ainsi que des dates importantes qui ont marqué le 7e art algérien.

De quel aspect parlez-vous dans ce nouvel ouvrage? Est-ce un constat ou simplement un inventaire des salles obscures algériennes?

Le titre est «Sauvons nos salles de cinéma, Acte II». Je dresse un constat mais aussi l’apologie de ses institutions qui ont égayé notre jeunesse. Le constat comme vous le savez est peu reluisant et ne prête pas à l’optimisme. Il y a des salles qui risquent de disparaître définitivement comme «Le Marivaux», «Le Lux». Au-delà du constat que tout le monde sait, mais dont on ne parle que très peu, je fais l’apologie et je pars en guerre contre ceux qui prétendent qu’aujourd’hui il ne sert à rien d’aller au cinéma du fait que tout est à portée de main sur les différents supports audiovisuels modernes. Un discours sciemment entretenu pour fermer ces salles et les consacrer à d’autres activités commerciales.

Votre ouvrage est également empreint d’une pointe de nostalgie...

Effectivement, je raconte les moments forts d’Alger, mais aussi Oran où la salle «L’Escurial» était la vitrine du cinéma arabe, où ont aussi défilé des stars de la chanson égyptienne. J’évoque aussi la cinémathèque, un haut lieu de débat autour du cinéma ainsi que les grands titres qui ont secoué la tranquillité d’Alger. Une époque révolue mais qui pourrait ressusciter avec de la volonté et du travail.

L’Algérie abrite annuellement quelques festivals du cinéma, mais les salles de cinéma restent fermées à ce nombre important de films projetés durant ces festivals. Qu’en pensez-vous ?  

La contradiction est criante. A l’heure où l’on inaugure le festival du cinéma engagé, il n’y a aucune salle à Alger, en dehors des salles de Riadh El-Feth, pour abriter cet événement important. Pour reprendre Merzak Allouache, «A quoi sert de faire des films pour qu’ils finissent dans des cartons». Au-delà de l’avant-première, le film disparaît et est stocké dans une quelconque cave.

Qu’en est-il de la gestion des salles de cinéma?

Les salles pourraient retrouver la fréquentation du public si on les retire à ces pseudos gérants privés qui projettent des matchs de football de ligues étrangères. Les salles doivent être prises en charge par le ministère de la Culture qui a le pouvoir et l’argent et qui doit les confier à des gens de métier ou à des coopératives de gestion.

Entretien réalisé par Hakim M.

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Foire de la production nationale

La 28e Foire de la production nationale ouvrira ses portes le 19 décembre au Palais des expositions des Pins Maritimes, Alger.

 

Salon des équipements pour handicapés
Le Salon national des équipements et du matériel pour handicapés, qui se tient à la Bibliothèque nationale du Hamma (Alger), prendra fin le 16 décembre.

ONCI et CRAAG
L’Office national de la culture et de l’information et le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique organiseront, le 17 décembre à 9h au complexe culturel de Chenoua (Tipasa) «l’Atelier du jeune astronome».

AARC

L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel organise une exposition de peinture de Yasmine Siad, qui se tiendra jusqu’au 19 décembre à Dar Abdellatif (Alger).

ANPT
L’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT) organisera,  les 16 et 17 décembre  à l’incubateur de Sidi Abdellah (Alger), l’évènement «Les technologies IoT & LoRaWan».

Ministère de la Culture

Sous l’égide du ministère de la Culture, l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaih présentera, le 21 décembre à 16h, le café littéraire de l’Opéra, qui accueillera Abdelhafid Hamdi Chérif qui interviendra sur le thème «Aiyai, chant de l’ouvert».

Agence nationale des ressources en eau
L’Agence nationale de gestion intégrée des ressources en eau, à travers l’Agence du bassin hydrographique algérois Hodna Soummam, procédera, le 15 décembre, à la signature du contrat de captage El Hamiz, au siège de l’Office national de développement et de promotion de la formation continue.

 

CAAR
La Compagnie algérienne d’assurances et de réassurance organisera, le 15 décembre, au CIC d’Alger, à partir de 9h, une journée portes ouvertes sous le thème «la CAAR à l’écoute de ses partenaires».

Ambassade de la RASD

L’ambassade de la République arabe sahraouie démocratique organisera, du 19 au 23 décembre, les travaux du 15e congrès du Front Polisario.

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

 

Agenda culturel

Café littéraire de l’Opéra d’Alger

La chanson bédouine en débat

Le café littéraire de l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïeh organisera, le 21 décembre à 16h, une rencontre-débat autour de la chanson bédouine «Aiyai, le chant de l’ouvert», animée par le professeur Hafid Hamdi Cherif.

Galerie d’art Aïcha-Haddad
Mourad Foughali expose ses toiles

Au grand bonheur des passionnés des arts plastiques, l’artiste peintre Mourad Foughali expose à la galerie d’art Aïcha-Haddad, à Alger, une série de toiles sous le thème «Rayonnement des sens». Organisée par l’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger, l’exposition se poursuivra jusqu’au 20 décembre.

 

 AARC

L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel organise une exposition de peinture de Yasmine Siad jusqu’au 19 décembre à Dar Abdellatif, Alger.

 

Université de Blida
L’Université Saâd-Dahlab de Blida organise, aujourd’hui dans son auditorium, la compétition inter-universités algériennes en aéronautique «Rocketry Edition 2019».

Galerie Ezzou’art
La galerie Ezzou’art du Centre commercial de Bab Ezzouar (Alger) organise, jusqu’au 26 décembre, une exposition intitulée «L’Algérie, la protégée de Dieu», de l’artiste plasticien Sofiane Dey.

Palais de la culture d’Alger
Le Palais de la culture d’Alger organisera, le 19 décembre à 18h30, un gala de variétés avec Lyès Ksentini, Karima Essaghira et Yazid Oumoussa.

Hôtel Sofitel d’Alger
Le marché artistique de fin d’année «L’art & la matière», avec un roulement de 25 artistes par semaine, se tient jusqu’au 31 décembre de 13h à 19h à l’hôtel Sofitel d’Alger.

AGIRE
L’Agence nationale de gestion intégrée des ressources en eau, à travers l’Agence du bassin hydrographique algérois Hodna Soummam, procédera, le 15 décembre, à la signature du contrat de captage El Hamiz, au siège de l’Office national de développement et de promotion de la formation continue.

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept