L'éditorial
Search
Lundi 11 Novembre 2019
Journal Electronique

La fin de l’impunité

Ce n’est qu’un juste retour à la normalité et à la fonctionnalité institutionnelle. Le cri de cœur lancé par le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, traduit l’intime conviction d’un homme de justice qui a subi les foudres de la justice pervertie et aux ordres des corrompus. La fuite de l’ancien ministre de l’Energie à l’origine du démantèlement des services de sécurité et, plus fondamentalement, des restrictions et du retrait des compétences à la police judiciaire, prouve, au besoin, le coup de Jarnac porté par les tenants d’un régime autocratique et prédateur dont on mesure aujourd’hui l’étendue du pillage en règle des ressources nationales. Assurément, il s’agit d’un véritable crime commis contre la pérennité de l’Etat, sacrifiée sur l’autel des intérêts sordides de la bande prédatrice qui n’a pas hésité à détruire toute une institution participant activement à la défense de la République et à s’attaquer sans vergogne aux fondements de l’Etat nation «juste pour sauver une personne», a relevé le ministre de la Justice, sonnant l’urgence de la réhabilitation de la police judiciaire, débarrassée de toutes les entraves dans l’accomplissement de ses missions. A cet effet, en concertation avec le ministère de la Défense, le ministère de la Justice a apporté un amendement au code de procédure pénale qui bannit l’empêchement des officiers de la sécurité de l’armée d’enquêter sur les affaires de corruption, sous le fallacieux prétexte de la «plainte préalable des organes sociaux de l’entreprise économique», destinée, en fait, à protéger la faune des prédateurs. Cette manière de faire est considérée, à bon escient, comme «une véritable entrave juridique» dans la lutte contre le crime économique qui connaît actuellement un développement sans précédent, revendiqué par le peuple et salué comme il se doit par la classe politique. La fin de l’impunité et le combat contre la corruption tentaculaire, en socle de l’Etat de droit, consacrent les bases fondamentales de la nouvelle Algérie attachée à défendre les principes d’égalité citoyenne et de justice sociale.
 Horizons

Le renouveau au bout de l’urne

La nouvelle Algérie, estampillée au hirak des espoirs du changement radical, s’enracine dans le scrutin de la rupture avec la mal gouvernance génératrice d’injustice et de la dilapidation à grande échelle des ressources nationales. Le point nodal du passage à la nouvelle ère démocratique s’articule autour de l’Autorité nationale indépendante des élections, garante de la transparence, de l’impartialité et de la crédibilité du processus électoral aux conditions de réussite optimales. La fin de l’omnipotence d’une administration aux ordres, de la tutelle politique et de la fraude, rendue impossible à la faveur du nouveau «système informatique» et de l’assainissement du fichier électoral, conforte les chances d’une présidentielle «régulière et démocratique» et du choix souverain et libre du peuple aux antipodes de la marque de fabrique des présidents désignés par les laboratoires du viol des urnes. L’engagement de l’Armée nationale populaire aux côtés du peuple et déterminée à protéger son choix inaliénable se manifeste dans la volonté de sécurisation des urnes pour permettre une compétition ouverte entre les 5 candidatures validées par le Conseil constitutionnel. A l’orée de la campagne électorale qui sera officiellement lancée le 17 novembre, les prémices d’un débat démocratique accompagnent le sursaut populaire et la mobilisation citoyenne dans l’Algérie profonde acquise à la présidentielle du 12 décembre, bien loin du diktat d’une minorité aux desseins maléfiques. La fête démocratique porte l’engagement des 5 candidats de favoriser une alternance dans un climat de sérénité et de quiétude, bannir toute forme de violence, protéger les acquis du hirak et amorcer le renouveau aux couleurs des idéaux de Novembre. Ce dénominateur commun des candidats, placés sur un pied d’égalité, concrétise l’urgence d’une charte d’éthique, proposée pour la première fois dans l’histoire de l’Algérie par l’Anie aux candidats et aux médias pour impulser une campagne propre, intègre et équitable. Attendue avant le déroulement de la campagne électorale, cette charte est la locomotive d’un débat contradictoire débarrassé des pratiques de l’anathème et centré sur les véritables préoccupations des citoyens aspirant légitimement à une vie meilleure.
 Horizons

Parole  aux urnes 

La validation par le Conseil constitutionnel des 5 candidatures retenues par l’Autorité nationale indépendante des élections et la décision «irrévocable et sans appel» opposée aux 9 recours déposés par les postulants donne le la au processus électoral assuré, de ce fait, des bases légales et du consensus de la classe politique représentée, toutes tendances confondues, par les formations politiques en course pour l’accession à la magistrature suprême. Désormais, aucun candidat ne peut se retirer de la compétition qui connaîtra un virage décisif avec le lancement, le 17 novembre prochain, de la campagne électorale porteuse d’une alternance au régime autocratique et prédateur fortement revendiquée par le mouvement citoyen du 22 février néanmoins détourné, osons le terme, par une minorité incitant au chaos institutionnel et économique. Les défis restent importants quand bien même les avancées réalisées jusque-là confortent un processus qui gagne en puissance, à la faveur de l’ engagement résolu de l’Armée nationale populaire. Tous les atouts d’un scrutin transparent et crédible se manifestent clairement dans la mission pionnière de l’Anie annonçant un «système électronique électoral» et garantissant un «assainissement à 100%» du fichier électoral pour rendre impossible toute fraude. Le renouveau démocratique se décline en assurance maintes fois réitérée par l’ANP soucieuse de préserver les fondements de l’Etat national menacé par les agissements des «têtes de la discorde» travaillant, à travers le slogan creux et pernicieux de l’«Etat civil et non pas militaire», à altérer le lien ombilical entre le peuple et son armée. Face à la gravité de la crise, la mission d’accompagnement du processus électoral s’impose pour préserver la stabilité et la sécurité nationale. «Nous sommes tous, peuple et armée, conscients des défis, des contradictions et des menaces qui pèsent sur le monde d’aujourd’hui, visant à nuire aux fondements de l’Etat national», a indiqué le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’état-major, pointant du doigt tous ceux qui tentent de «faire sortir l’Algérie de l’environnement naturel qui a cerné son parcours de développement, avec tout ce qu’il porte comme valeurs historiques, culturelles et religieuses et de tenter de présenter des alternatives visant à détruire le lien de confiance solide entre le peuple et son armée». Au soir du 12 décembre, les résidus de la bande démantelée seront inévitablement remisés au placard de l’histoire par le peuple des urnes.
Horizons

Échec à la fraude

La bonne nouvelle ne peut que réjouir la grande famille judiciaire unie, comme jamais elle ne l’a été, par le devoir de justice. A la faveur d’un dialogue fécond, favorisé par le sens des responsabilités, le retour à la légalité a relégué à l’arrière-plan la crise conjoncturelle des magistrats, qui renouent avec les missions d’une justice indépendante engagée dans la lutte contre la corruption et l’édification d’une véritable démocratie. Telle est la vocation de la justice interpellée par les défis de l’Algérie nouvelle confrontée à l’épreuve des urnes qui scellera la fin des «Présidents fabriqués» et du régime autocratique et prédateur. Mis sur les rails, le processus électoral se renforce par le lancement de la compétition entre les 5 candidats retenus, en attendant, évidemment, les décisions «irrévocables» du Conseil constitutionnel sur les recours des 9 postulants. L’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) met les bouchées doubles pour réussir le pari d’une élection régulière et démocratique, en mettant en place les instruments de contrôle adéquats. Dans une semaine, deux nouveautés permettant de garantir la transparence du scrutin et l’expression démocratique efficiente seront connues. Il s’agit, selon le président de l’Anie, Mohamed Charfi, qui met en garde le peuple algérien contre certaines voix qui remettent en cause le processus électoral et l’intégrité de ses membres, de la présentation, dès la semaine prochaine, d’un système informatique piloté par des experts qui «reléguera la fraude au domaine de l’impossible». Des «méthodes techniques inédites», permettant de transmettre en temps réel les résultats du dépouillement géré par des «centres d’opérations ultra-sophistiqués», sont privilégiées pour garantir la transparence du scrutin confortée par l’élaboration, pour la première fois dans l’histoire de l’Algérie, d’un «fichier national électronique» qui sera «assaini à 100%». Ce sont là des acquis importants qui renseignent sur les efforts colossaux consentis pour donner forme à la nouvelle Algérie soucieuse de la crédibilité du scrutin et de l’éthique d’une campagne saine et propre.
 Horizons

Le défi de la sécurité alimentaire

La bataille de la croissance a ses exigences. Elle fonde l’urgence de la rationalisation et de la mobilisation de tous les moyens, humains, matériels et financiers, pour rompre avec la logique rentière héritée de l’ère du tout-pétrole et relever le défi de la compétitivité, de la performance et de l’exportation des biens et des produits dans la région. Les potentialités existent dans un pays qui a le marché le plus prometteur de la région. Face aux défis d’une mondialisation impitoyable et aux retombées d’une crise durable, la diversification de l’économie s’impose en réalité incontournable. Fondamentalement, la croissance économique appelle l’agriculture à jouer un rôle-clé pour se défaire du lourd fardeau des importations et de la dépendance alimentaire. Ce sont là deux exigences essentielles pointées du doigt par le Premier ministre, Noureddine Bedoui, lors d’une réunion interministérielle. L’option du Sud et des Hauts-Plateaux est ainsi privilégiée pour impulser le développement de la filière céréales, au regard des compétences et des capacités de production que recèlent ces régions. Tout en se félicitant de la hausse considérable de la production et la réalisation de l’autosuffisance dans la filière du blé dur, le Premier ministre a appelé à la mise en œuvre d’une «stratégie globale pluriannuelle», dont l’OAIC sera le principal levier et les producteurs du Sud et des Hauts-Plateaux les acteurs pleinement soutenus par l’Etat, à travers «une panoplie de mesures exceptionnelles» visant à encourager les investisseurs et les jeunes porteurs de projets. Mais cette belle embellie ne doit nullement cacher les dysfonctionnements et le fléau du gaspillage de pain qui a atteint le niveau record de 36 milliards de dinars par an en pure perte. L’image désolante et choquante des baguettes de pain jonchant les décharges impose la rationalisation de la consommation et le changement du mode alimentaire devenu désormais une exigence incontournable.
Horizons

Santé

Environnement

    • 15 ans d'émissions de gaz à effet de serre, 20 cm de montée des eaux

      Comme un paquebot lancé à toute vitesse ne peut s'arrêter d'un coup, le niveau des océans va monter dramatiquement même si l'on réduisait à zéro les émissions de gaz à effet de serre en 2030, mettent en garde des chercheurs dans une étude publiée lundi. Rien que les gaz à effet de serre rejetés entre la signature de l'accord de Paris, en 2015, et l'année 2030 contribueront à élever le niveau des mers de 8 centimètres d'ici 2100 et 20 cm d'ici 2300, par rapport à la période de référence 1986-2005, rapportent des chercheurs en science du climat basés en Allemagne dans les comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (la revue PNAS).

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Assemblée populaire nationale

L’Assemblée populaire nationale reprendra, le 12 novembre  à 9h30, ses travaux en séance plénière consacrés au débat de l’amendement de la loi organique 
relative à la loi de finances.

 

Ministère des Moudjahidine

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, effectuera, le 17 novembre, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès.

Ministère de l’Education nationale
Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, prendra part aux travaux de la 40e session de la Conférence générale de l’Unesco, qui aura lieu du 12 au 27 novembre à Paris (France).

Ministère de la Santé

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, participera, à partir de 12 novembre  jusqu’à jeudi, au Sommet mondial de la population et du développement de Nairobi.

Ministère du Travail
Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Tidjani Hassan Haddam, présidera le 12 novembre   à partir du 8h30, au siège du ministère, la cérémonie d’installation et de lancement des travaux du groupe de travail chargé de l’élaboration de la stratégie du secteur en matière d’emploi dans les wilayas du Sud.

Musée du moudjahid
Dans le cadre de l’émission «Rendez-vous avec l’histoire», le Musée national du moudjahid organisera, le 14 novembre à 10h, à l’ITFC, la 224e édition intitulée «La participation de tous dans l’enrichissement et la préservation de la mémoire nationale».

Forum d’El Moudjahid

Le forum d’El Moudjahid recevra,  le 12 novembre , à l’occasion de la Journée mondiale du diabète, le président de l’Association des diabétiques de la wilaya d’Alger, Fayçal Ouhadda.

 

 

CACI
La Chambre algérienne de commerce et d’industrie, en collaboration avec l’ambassade du Portugal en Algérie, organise, aujourd’hui à 9h, à l’Ecole supérieure algérienne des affaires, un forum algéro-roumain.

 

CNAS

La caisse nationale de sécurité sociale, agence d’Alger lance jusqu’au 21 novembre au niveau des universités d’Alger une campagne d’information et de sensibilisation au profit des étudiants.

 

Don de sang

La fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé pour faire don de sang.

 

Hôtel Sofitel

Un marché du Mawled Ennabawi, auquel prendra part une trentaine d’artisans, se tiendra jusqu’ au 16 novembre à l’hôtel Sofitel d’Alger.

 

Cash Assurances

La compagnie d’assurance des hydrocarbures Cash organise le 18 novembre partir de 8h30, au CIC Abdellatif Rahal ,un séminaire au profit des dirigeants d’entreprises et leurs collaborateurs de la région centre ,portant le thème « L’assurance entre Innovation et Accompagnement »

 

Ambassade du Japon

L’ambassade du Japon à Alger organise à partir du 14 novembre à17h, l’ouverture de la semaine culturelle japonaise au Musée des Beaux-arts d’Alger.

 

 

 

Salle Ibn Zeydoun
A l’occasion de la sortie de son nouvel album «Wlidy», le chanteur Youss donnera, le 21 novembre à la salle Ibn Zeydoun de l’Office Riadh El Feth, à Alger, un concert de musique.

 

 

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept